Coordonnées

  • 18 rue PASTEUR 02400 CHATEAU THIERRY
    18 rue PASTEUR
    02400 CHATEAU THIERRY
  • Tél : 03 23 84 28 28

Vaccin Lepto4

 

15/11/14

 

Nobivac® L4 (MSD Santé Animale), premier vaccin contre la leptospirose canine contenant 4 sérogroupes



Lors de sa conférence de presse du 29 novembre à l'AFVAC, MSD Santé Animale a présenté Nobivac® L4, nouveau vaccin contre la leptospirose canine.
Au cours de cette présentation, le Professeur Geneviève André-Fontaine, experte de la leptospirose canine, a rappelé que cette maladie bactérienne potentiellement mortelle affecte de nombreuses espèces, y compris l'homme. Elle est décrite comme la zoonose la plus répandue dans le monde.


Il existe différentes espèces de leptospires, chaque espèce étant composée de plusieurs "sérogroupes", eux-mêmes classifiés en plusieurs "sérovars". Historiquement, les vaccins contre la leptospirose protégeaient contre 2 sérogroupes seulement, Canicola et Icterohaemorrhagiae. Or, des études récentes ont montré une évolution épidémiologique, avec l'émergence de cas causés par des sérovars de sérogroupes différents (Australis et Grippotyphosa). Si des vaccins contenant le sérogroupe Grippotyphosa sont disponibles depuis quelques mois, Nobivac® L4 est le 1er vaccin protégeant contre les 4 sérogroupes responsables de leptospirose canine sur le terrain, et donc parfaitement adapté à la situation épidémiologique en France. Différentes épreuves virulentes ont montré que Nobivac® L4 réduit l'infection et l'excrétion urinaire pour les sérogroupes Canicola, Icterohaemorrhagiae et Grippotyphosa et réduit l'infection pour le sérogroupe Australis.
Nobivac® L4 s'administre par voie sous-cutanée. La primovaccination comprend une première injection à partir de l'âge de 6 à 9 semaines et une deuxième injection 4 semaines plus tard ; le rappel est annuel.
A l'occasion de cette conférence, MSD Santé Animale a également présenté sa nouvelle approche commerciale sur les vaccins animaux de compagnie/équins, destinée à aider les vétérinaires à valoriser leur consultation vaccinale.

 

Date de l'article : 07/01/2014