Coordonnées


  • 57 TER ROUTE DE CORBEIL
    91390 MORSANG SUR ORGE
  • Tél : 01 69 46 24 27

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Canopia-Vet - Soins des oreilles
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

La synchronisation des chaleurs chez les brebis et les chèvres

La synchronisation des chaleurs est une méthode de maîtrise hormonale des cycles fréquemment utilisée dans les grands élevages. Elle permet de profiter au mieux des disponibilités fourragères, d’adapter l’offre à la demande (en produisant par exemple le maximum d’agneaux pour Pâques), de limiter les périodes improductives (en réduisant les périodes d’anoestrus), d’augmenter la prolificité des femelles et d’accélérer le progrès génétique en permettant une utilisation plus large de l’insémination artificielle.

Dans les petits élevages familiaux, avec un nombre réduit de femelles, la synchronisation des chaleurs permet surtout une organisation rationnelle du travail. En effet, la synchronisation des mises-bas sur une courte période qui en découle facilite la surveillance et diminue la mortalité néonatale.

Association éponges + Gonadotrophine

Les éponges vaginales destinées à la synchronisation des chaleurs ont été mises au point en Australie dans les années 1960. Le dérivé de progestérone dont elles sont imbibées bloque l’activité ovarienne, supprimant ainsi les chaleurs. La levée de cette inhibition entraîne le redémarrage du cycle et donc l’induction des chaleurs. La gonadotrophine (PMSG) injectée au moment du retrait de l’éponge renforce l’ovulation.

Brebis/agnelles

Chez les brebis et les agnelles, on utilise des éponges vaginales imprégnées d’un progestagène de synthèse, l’acétate de flugestone. Les éponges sont mises en place pour une durée de 14 jours (en saison sexuelle) ou de 12 jours (en contre-saison pour les brebis).

Le jour du retrait de l’éponge, on pratique une injection par voie intramusculaire de PMSG.

Après le retrait de l’éponge et l’injection de PMSG, les premières chaleurs apparaissent au bout de 24 heures. Les brebis seront inséminées 55 heures après le retrait de l’éponge pour les brebis, 52 heures pour les agnelles. En lutte naturelle, le bélier est placé deux fois en présence des femelles, 48 et 60 heures après le retrait de l’éponge. Prévoir un bélier pour 5 agnelles ou 10 brebis en période sexuelle, pour 3 agnelles ou 5 brebis en contre-saison.

 Chèvres/chevrettes

Le protocole est adapté au métabolisme des caprins, nettement plus actif que celui des ovins. La dose de progestagènes incorporée dans les éponges est supérieure ; la durée de pose est également supérieure (17 à 21 jours). De même, les doses de PMSG à injecter au moment du retrait de l’éponge sont différentes.

La chèvre peut être saillie dès qu’elle accepte l’accouplement, soit 36 à 48 heures après le retrait de l’éponge (1 bouc pour 5 chèvres). Une 2ème saillie sera pratiquée 12 heures après la 1ère.

En cas d’insémination artificielle, elle sera pratiquée 43 heures après le retrait de l’éponge.

La mélatonine (uniquement chez les brebis/agnelles)

L’utilisation d’un implant de mélatonine sur les femelles n’est pas à proprement parler un traitement de synchronisation de l'oestrus. Elle permet cependant d’avancer la saison sexuelle de 1 mois ½ - 2 mois, d’où un effet de regroupement des agnelages.

La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale (au niveau du cerveau) pendant la nuit, qui informe l'organisme des variations de la longueur des jours. Chez les petits ruminants, l'allongement des nuits entraîne une augmentation de la sécrétion de mélatonine, à l'origine du déclenchement de l'activité sexuelle. L’implant de mélatonine mime cet effet, en libérant progressivement la mélatonine pendant 3 à 4 mois, à des taux comparables à ceux observés pendant la phase de sécrétion nocturne. L’implant se place sous la peau, généralement à l’oreille.

Deux protocoles sont possibles :

  • Traitement sans synchronisation (lutte naturelle) : le ou les bélier(s) sont mis en présence des femelles 45 à 50 jours après la pose de l’implant sur celles- ci. L'activité sexuelle commence généralement après un délai de 3 à 10 jours. L'introduction de béliers vasectomisés pendant les 14 premiers jours permet d'obtenir une période d'agnelage plus brève. Le pic d'activité sexuelle se produit environ 10 à 30 jours après l'introduction des béliers.
  • Traitement avec synchronisation (insémination artificielle ou lutte naturelle) :

Le traitement par la mélatonine peut être associé à un traitement de synchronisation des chaleurs à l'aide d'éponges vaginales à base d'acétate de flugestone et d'une administration de PMSG selon le schéma suivant :
- Jour 1 : pose de l'implant.
- Jour 33 : pose d'une éponge vaginale.
- Jour 47 : retrait de l'éponge et administration intramusculaire de PMSG (selon les schémas d'utilisation précédents).

L'insémination artificielle doit être pratiquée 54-56 heures après le retrait de l'éponge.

A retenir :

  • Les femelles doivent être dans un état corporel correct pour répondre au traitement hormonal.
  • Ne jamais laisser les éponges en place plus longtemps que prévu, sinon le cycle ovarien n’est plus bloqué et les chaleurs réapparaissent en ordre dispersé.
  • La quantité de PMSG injectée varie en fonction de l’âge, de la race et de la période de traitement. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire !
  • L’éponge n’est pas un traitement de l’infertilité ; ne l’utilisez pas sur des femelles qui présentent des écoulements vaginaux ou chez celles qui ont avorté sans que la cause en soit connue.