Coordonnées


  • 57 TER ROUTE DE CORBEIL
    91390 MORSANG SUR ORGE
  • Tél : 01 69 46 24 27

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Canopia Vet - Allergie alimentaire
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Reproduction médicalement assistée de la chienne

Détermination au moment de la saillie

Traditionnellement, la chienne était conduite au mâle tous les deux jours du 9e au 13e jour du cycle (comptés à partir du début des écoulements de sang).

Toutefois, certaines chiennes ovulent dès le 4e jour du cycle, d’autres attendent le 18e. La survie des ovules est courte, quelques heures seulement, entre l’ovulation et la fécondation par les spermatozoïdes, qui eux même ne sont efficaces que quelques jours.

Les frottis vaginaux, associés à des dosages sanguins de progestérone, permettent de préciser à 24h près le moment de la saillie pour avoir une portée complète : la naissance d’un ou deux chiots est souvent le témoin d’un décalage trop important, trop précoce ou trop tardif, entre le moment idéal et le moment réel de la saillie.

Les frottis vaginaux renseignent sur la 1ère phase des chaleurs, avec croissance des follicules et synthèse d’oestrogènes, hormones de la fécondité, responsables de l’attirance des mâles et du “réveil” des voies génitales, vulve, vagin et utérus.

Le dosage sanguin de la progestérone, hormone de la gestation, permet de connaître le moment de l’ovulation, qui précède la migration des ovules dans l’utérus prêt à garder les embryons issus de la fécondation des ovules par les spermatozoïdes du mâle.

On commence à réaliser les frottis vaginaux aux 3e et 4e jour du cycle ; ils seront pratiqués à la clinique tous les 2-3 jours, et seront associés à des prises de sang dans les derniers jours précédant l’ovulation.

Ces deux méthodes complémentaires permettent d’avoir une vue précise sur le déroulement hormonal complexe de la croissance folliculaire, puis de l’ovulation et de la nidation (implantation des foetus dans le placenta).

Préparation de la chienne à la gestation

Pour mener une gestation à son terme puis nourrir sa portée jusqu’au sevrage dans de bonnes conditions, la femelle doit être en excellente condition physique.

Idéalement, la chienne sera une jeune adulte (de la 3e ou 4e chaleur jusqu’au seuil de sénescence).

Si elle a plus de 5 ans, elle aura déjà eu une portée afin que le vagin et le bassin puissent se dilater correctement pour la naissance des chiots.

La chienne ne sera ni trop maigre ni en surpoids, et on attendra le milieu de la gestation avant d’augmenter sa ration.

La chienne sera vermifugée dès le début des chaleurs, avec un traitement efficace contre les trichures et les ascaris, parasites qui se transmettent aux chiots à travers le placenta.

La chienne sera également vaccinée avant la saillie contre l’herpès virose : cette maladie est mortelle chez le chiot nouveau- né (hémorragies et destruction de nombreux organes) alors qu’elle est généralement inapparente chez l’adulte, mâle ou femelle.

L’herpès virose est une maladie sexuellement transmissible, qui peut donc concerner tous les reproducteurs, l’animal d’élevage comme le seul animal de compagnie. La contamination de la femelle au moment de la saillie provoquera des lésions de l’appareil génital de la femelle ainsi que du placenta, qui seront responsables d’infertilité (absence de chiots ou diminution de la taille de la portée), d’avortement, de naissances prématurées.

De nombreux médicaments étant toxiques pour les foetus, il conviendra de limiter les traitements au strict nécessaire, en prévenant le vétérinaire de l’état de gestation de la chienne.

On aura pris soin de vérifier l’absence de consanguinité entre le chien et la chienne, de même que l’absence de défauts majeurs communs aux deux animaux.

Assistance à la saillie

Une saillie complète avec retournement du mâle qui reste “collé” dos à dos à la femelle, se traduira par la gestation d’une portée. Cependant, cette saillie ne se déroulera complètement que si tout fonctionne correctement : le moment de la saillie est le bon, la vulve et le vagin de la chienne sont assez dilatés, la femelle accepte le mâle qui lui est présenté, et ne souffre pas du chevauchement; le mâle est attiré par la femelle, est capable d’une érection suffisante permettant l’accouplement, le chevauchement puis le retournement ne doivent pas être douloureux ; enfin il ne doit pas y avoir de conflit hiérarchique entre le mâle et la femelle, ni entre les chiens et leurs maîtres.

L’idéal est une saillie en liberté, dans un territoire “neutre” (loin des autres chiens de l’élevage), en l’absence des maîtres qui n’exercent qu’une surveillance discrète.

Dans quelques cas, il est nécessaire d’aider à la saillie, en tenant la chienne, et en guidant le mâle, si besoin après avoir coupé les poils autour de la vulve et du pénis.

Enfin, dans de plus rares cas, la chienne sera inséminée artificiellement avec du sperme prélevé à la clinique sur le mâle et déposé immédiatement dans le vagin de la femelle, voire avec du sperme réfrigéré ou congelé.

Déclaration de la portée

Si la chienne et le chien sont inscrits au LOF et ont déjà été confirmés, le propriétaire de la femelle devra envoyer dans les quatre semaines à la Société Centrale Canine le “certificat de saillie” (www.scc.asso.fr), signé par les propriétaires du mâle et de la femelle.