Coordonnées

  • 89 RUE PERRONET 92200 NEUILLY SUR SEINE
    89 RUE PERRONET
    92200 NEUILLY SUR SEINE
  • Tél : 01 46 39 06 65

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Comment appliquer une pipette antiparasitaire à vo
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Les diarrhées chez le poulain

Une diarrhée correspond à l’émission de crottins mous ou liquides, à une fréquence élevée et/ou avec un volume augmenté. D’après différentes études, il semblerait que 4 poulains sur 5 connaissent au moins un épisode de diarrhée entre leur naissance et l’âge de 6 mois. Quelle qu’en soit la cause, il est essentiel de traiter rapidement et efficacement, car la diarrhée entraîne un affaiblissement et une déshydratation potentiellement mortelle chez le très jeune animal : on estime que la mortalité des diarrhées est de l’ordre de 10 %.

Quelles sont les causes possibles de diarrhée ?

On distingue essentiellement les diarrhées infectieuses et les diarrhées non infectieuses.

Les agents pathogènes des diarrhées infectieuses peuvent être :

Un virus

Les Rotavirus sont responsables de plus de 50 % des diarrhées chez le poulain de moins de 3 mois. Ces diarrhées sont très contagieuses, mais rarement mortelles. Les symptômes accompagnant la diarrhée ne sont pas très caractéristiques : abattement, perte d’appétit, douleurs abdominales, fièvre intermittente, etc.

Une bactérie

Chez le poulain âgé de 0 à 15 jours, trois bactéries sont principalement à l’origine des diarrhées. Salmonella typhimurium est responsable d’une diarrhée parfois hémorragique sévère, et souvent fatale, fréquemment associée à une septicémie (ou infection généralisée de l’organisme), responsable de nombreuses complications : uvéite, arthrite septique, méningite, pneumonie, etc. Escherichia coli est plus souvent responsable d’une septicémie que d’une diarrhée, dont le pronostic est généralement bon. Les Clostridium (C.perfringens type A, B et C et C. difficile) sont responsables de diarrhées nécrosantes et hémorragiques le plus souvent fatales. Chez le poulain plus âgé, les principales bactéries responsables de diarrhée sont Rhodococcus equi et Lawsonia intracellularis. La rhodococcose se manifeste principalement par des symptômes respiratoires, mais une forme intestinale (diarrhée) est possible. Quant à L. intracellularis, elle atteint principalement les poulains de 4 à 7 mois récemment sevrés. La diarrhée s’accompagne d’un œdème ventral, d’une anorexie, d’un amaigrissement et de coliques.

Un parasite

Le parasite le plus fréquemment responsable de diarrhée chez le poulain est Parascaris equorum. Sa présence se traduit par un pelage terne et piqué, une diarrhée modérée (le plus souvent, il s’agit plutôt de crottins ramollis, mais on peut également observer une véritable diarrhée de couleur claire), une perte de poids et des douleurs abdominales. En cas d’infestation massive, il y a risque d’occlusion et de perforation de l’intestin grêle. Un autre parasite fréquent chez le poulain est Strongyloïdes westeri. La strongyloïdose se traduit par une diarrhée aiguë, profuse, d’odeur non fétide, de couleur verdâtre, incoercible, sans hyperthermie. Elle entraîne une déshydratation rapide, un amaigrissement et une anémie potentiellement mortels. Ces signes cliniques apparaissent le plus souvent entre le 9e et le 13e jour de vie. Pendant longtemps, on a pensé que cette diarrhée était liée à un changement de composition du lait maternel correspondant à l’apparition des premières chaleurs après la mise bas. En réalité, seul le parasitisme à Strongyloides westeri serait responsable de ces « diarrhées de chaleurs ». Les poulains plus grands (à partir de 15 jours) peuvent être infestés par des grands ou des petits strongles, ou des ascaris.

> La contamination par les bactéries, les virus et les parasites se fait essentiellement par voie oro-nasale, à partir des crottins des chevaux adultes porteurs sains et des poulains infectés. Strongyloïdes westeri est transmis par voie intra-mammaire.

Les diarrhées non infectieuses sont le plus souvent d’origine alimentaire :

Suralimentation dépassant les capacités d’absorption de l’intestin grêle, changement d’alimentation de la jument, alimentation artificielle ou avec du lait de vache, intolérance au lactose, administration d’antibiotiques, stress… Chez le poulain plus âgé (à partir de 1 mois), l’ingestion d’une quantité importante d’eau ou d’aliments solides (sable…) peut également déclencher un épisode diarrhéique.

Comment déterminer la cause de la diarrhée ?

La diarrhée est un symptôme dont il faut rechercher la cause. L’examen des selles émises (aspect, odeur, couleur, quantité, présence de sang ou de parasites…) est souvent la 1ère étape du diagnostic. L’appareil digestif fait également l’objet d’un examen particulier : auscultation abdominale (écoute des bruits digestifs), palpation et recherche d’une distension abdominale. Il est également important de déterminer avec précision l’état de déshydratation du poulain : si le pli de peau ne se remet pas immédiatement en place et si les globes oculaires sont enfoncés dans les orbites, le poulain est très déshydraté.

Il est souvent nécessaire de pratiquer des examens complémentaires :

  • Un prélèvement de selles au niveau du rectum. L’observation directe au microscope permet de mettre en évidence certaines bactéries, mais également des parasites (adultes, larves ou œufs). Une mise en culture et un antibiogramme sont souvent nécessaires. Les résultats de la bactériologie sont connus en 48 heures.
  • Une analyse de sang. Elle est indispensable pour évaluer l’état général du poulain (numération-formule pour déterminer la présence d’une infection et préciser la déshydratation ; dosage du fibrinogène pour quantifier l’inflammation intestinale) et connaître son statut immunitaire (dosage des immunoglobulines G).

Dans la grande majorité des cas, les diarrhées du poulain sont modérées et transitoires et le pronostic est bon si un traitement adéquat est mis en place rapidement.

Quel est le traitement de la diarrhée ?

Si la diarrhée est importante et/ou dure depuis plusieurs jours, l’essentiel du traitement repose sur la réhydratation du poulain. La réhydratation par voie intraveineuse est la plus simple et la plus rapide à réaliser, mais il est également possible de réhydrater le poulain par voie orale, éventuellement par intubation naso-gastrique, si ses capacités d’absorption digestives sont intactes. On administre souvent de petites quantités de liquide (500 ml toutes les 1-2 heures), avec précaution pour éviter les fausses routes vers les poumons. Le choix du fluide à perfuser est fonction du résultat de la prise de sang (nature des déséquilibres électrolytiques et acido-basiques).

Selon l’origine de la diarrhée, la réhydratation s’accompagne de l’administration d’autres principes actifs :

  • Les pansements gastriques (kaolin, pectate ou charbon activé) protègent la muqueuse intestinale et absorbent les toxines pour limiter leur passage dans le sang. On les associe généralement à des probiotiques qui favorisent le développement de la « bonne » flore intestinale au détriment des bactéries pathogènes ;
  • Les antibiotiques, bien que quelquefois mis en cause dans l’apparition des diarrhées, préviennent les risques de surinfection et de septicémie. Ils sont indispensables si la diarrhée est d’origine bactérienne ;
  • Les antispasmodiques sont indiqués si le poulain présente des signes de coliques (douleurs digestives) ;
  • Une vermifugation est nécessaire si le résultat des examens complémentaires a montré la présence de vers intestinaux. Attention à n’administrer qu’une demi-dose si le poulain n’a jamais été vermifugé, pour éviter une occlusion intestinale en cas d’infestation massive par des Parascaris.

Peut-on prévenir l’apparition de diarrhée ?

Comme toujours, quelques principes de bon sens peuvent diminuer le risque d’apparition d’épisodes diarrhéiques :

  • Nettoyer régulièrement les boxes (curer au moins une fois/semaine, nettoyer au jet à haute pression et à haute température, désinfecter avec un produit adapté aux risques, selon les conseils de votre vétérinaire) et entretenir les pâtures (ramasser les crottins, herser par temps sec, chauler les pâtures…) afin de diminuer la charge microbienne et parasitaire ;
  • Respecter les calendriers de vermifugation et de vaccination des poulinières ;
  • Surveiller la prise de colostrum du poulain. Le poulain naît sans défenses immunitaires. Les anticorps (ou immunoglobulines) présents dans le colostrum de la jument assurent une protection au poulain pendant 2 mois contre les infections, à condition que la jument ait été correctement vaccinée, vermifugée, nourrie, entretenue… pendant la gestation ;
  • Eviter les contacts entre les poulains et les chevaux plus âgés ;
  • Isoler le poulain malade et sa mère pour prévenir tout risque de contagion. La séparation sera maintenue deux semaines après la disparition des symptômes pour éviter toute dissémination par des crottins contaminés. Respecter les mesures d’hygiène élémentaire au contact des malades : lavage des mains, port de blouses, gants, sur-bottes, désinfection du matériel utilisé (thermomètre par exemple)…