Coordonnées

  • 89 RUE PERRONET 92200 NEUILLY SUR SEINE
    89 RUE PERRONET
    92200 NEUILLY SUR SEINE
  • Tél : 01 46 39 06 65

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Animaux qui font du trempoline
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Les affections de l'appareil locomoteur - Partie 3 : les atteintes articulaires

L'exposé des affections de l'appareil locomoteur du chien fait l'objet de 4 fiches : les atteintes osseuses (partie 1), les atteintes musculaires et tendineuses (partie 2), les atteintes articulaires (partie 3) et enfin les atteintes neurologiques et vasculaires (partie 4). Les rappels anatomiques ont été placés dans la première fiche.

L'appareil locomoteur est constitué de l'axe vertébral et des membres (os, muscles et articulations).

Les os sont reliés entre eux au niveau des articulations par des ligaments. Les muscles sont reliés aux os par les tendons.

Une articulation mobile est composée d'os, de surfaces articulaires cartilagineuses, d'une capsule qui entoure l'articulation et d'un liquide appelé la synovie. La synovie est un liquide visqueux, transparent qui permet de réduire les frictions articulaires et absorbe les chocs.

Les atteintes articulaires traumatiques

Les entorses ou ruptures ligamentaires

Une entorse est un étirement des ligaments occasionné par une mobilisation excessive d'une articulation. L'articulation devient alors chaude, grosse, douloureuse, parfois bleutée. L'entorse peut toucher n'importe quelle articulation du squelette. La plupart des entorses requiert du repos, un traitement anti-inflammatoire et parfois une immobilisation de l'articulation.

Cas particulier de l'entorse ou de la rupture du ligament croisé antérieur

Les ligaments croisés sont des ligaments en forme de croisillons, comme leur nom l'indique, à l'intérieur de l'articulation du genou, entre le fémur et le tibia. Une entorse du ligament croisé existe chez le chien, suite à une marche dans un trou, un appui incertain ou par une fragilisation du ligament avec l'âge ou le surpoids. Cette entorse (qui peut aller jusqu'à la rupture du ligament) se manifeste par une boiterie d'apparition brutale, peu douloureuse et diagnostiquée par le « signe du tiroir ». De l'arthrose se développe secondairement à cette entorse, assez rapidement.

Schéma de l'entorse/rupture du ligament croisé antérieur

 

Le traitement chirurgical consiste à « remplacer » le ligament rompu, par une prothèse naturelle (portion d'un muscle) ou synthétique, passée à l'intérieur de l'articulation ou à l'extérieur selon les techniques chirurgicales. Le but de la chirurgie est de stabiliser l'articulation pour prévenir l'apparition de la dégénérescence arthrosique.

Le traitement médical consiste en l'immobilisation de l'articulation de courte durée, l'administration d'anti-inflammatoires, de chondroprotecteurs et/ou d'acides gras pour éviter l'apparition des modifications du cartilage et combattre la dégénérescence.

Les luxations

La luxation est une perte totale de contact des surfaces articulaires d'une articulation : on dit aussi que l'articulation est « déboîtée ». La majorité des luxations articulaires sont traumatiques mais il existe des luxations congénitales (la luxation de la rotule).

La luxation traumatique est d'apparition brutale, souvent douloureuse, occasionnant une suppression d'appui totale du membre et peut toucher toutes les articulations. Certaines luxations peuvent être remises par manipulation sous anesthésie générale, pour d'autres une chirurgie peut être nécessaire.

Les traumatismes du cartilage articulaire

Les fractures peuvent intéresser une partie de l'articulation. En fonction de la nature de la fracture, on propose une immobilisation simple ou une chirurgie osseuse (pose de vis simple en général).

Particularité du cartilage de croissance

Le cartilage de croissance (ou cartilage de conjugaison) se situe aux extrémités des os et permet la croissance osseuse durant les 8 premiers mois de vie. Il s'agit de parties fragiles, souvent sujettes aux lésions traumatiques. S'il est abîmé, le cartilage de croissance n'assure plus sa fonction et le membre concerné sera plus petit que la normale. Le traitement chirurgical des fractures du cartilage de croissance doit être réalisé le plus précocement possible après le traumatisme.

Les traumatismes des tissus de soutien de l'articulation

Suite à un traumatisme, l'articulation peut présenter :

  • Une rupture de la capsule articulaire. En fonction de l'étendue elle peut nécessiter une suture chirurgicale.
  • Un épanchement de sang dans l'articulation (hématome articulaire).
  • Un décollement ou un arrachement d'une partie de la surface articulaire (on parle également de « souris articulaire »). Les ménisques, à l'intérieur de l'articulation du genou peuvent aussi être cassés. On retirera alors les fragments cartilagineux par chirurgie.

Les atteintes articulaires inflammatoires : les arthrites

Une arthrite est une inflammation aiguë ou chronique d'une articulation.

L'arthrite septique est secondaire à un traumatisme inoculateur, à une infection de voisinage  ou à une septicémie qui permet le passage de bactéries à  l'intérieur de l'articulation. L'articulation est alors gonflée, chaude et douloureuse. Le traitement consiste en l'administration d'antibiotiques qui sera prolongée pendant deux semaines après la guérison. Dans certains cas, on peut proposer un drainage de l'articulation.

Les arthrites stériles sont aussi appelées polyarthrites ou arthrites immunologiques. Elles sont relativement fréquentes chez le chien. Elles sont parfois associées à des infections, des maladies générales, des entéropathies, des cancers. Leur prise en charge thérapeutique dépend de l'origine de l'arthrite.

L'arthrite d'origine cristalline (goutte ou pseudo goutte) est très rare chez le chien. Elle est la conséquence de dépôts de phosphate de calcium dans l'articulation.

Les atteintes articulaires dégénératives : l'arthrose

L'arthrose est un phénomène dégénératif intéressant le cartilage et l'os d'une articulation. C'est un processus pathologique articulaire fréquent chez le chien. Elle est caractérisée par de la douleur, une difficulté à effectuer des mouvements, particulièrement à froid et par temps humide. C'est une maladie évolutive qui conduit à l'ankylose de l'articulation. Cette maladie touche les articulations des vieux chiens mais également une articulation anormale (dysplasie) ou anormalement sollicitée. L'évolution de la maladie peut présenter des phases aiguës, assez spectaculaires correspondant à des poussées évolutives. Le diagnostic est radiologique. Le traitement consiste en la gestion de la douleur, la prise en charge du surpoids éventuel, le maintien d'une activité physique régulière pour éviter la fonte musculaire et l'ankylose de l'articulation et des traitements complémentaires (chondroprotecteurs, acides gras, homéopathie, phytothérapie) (Une fiche est consacrée à cette maladie).

Les anomalies morphologiques des articulations

Les dysplasies

Une dysplasie est une malformation ou une déformation qui survient pendant la période embryonnaire ou après la naissance et qui se traduit par une hyperlaxité de l'articulation concernée. Chez le chien on rencontre la dysplasie du coude et la dysplasie de la hanche. (Cf. fiche « Dysplasie de la hanche »)

La dysplasie de la hanche est un trouble du développement plus fréquent chez les chiens de grandes races. Son développement fait intervenir des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux (un chiot issu de parents indemnes de dysplasie peut en développer une si ses articulations sont excessivement sollicitées pendant la croissance, et inversement).  Cliniquement, le chien présente une baisse d'activité et une gêne articulaire entre 4 et 12 mois ou après 5 ans. Le chien se déplace classiquement en faisant des sauts de lapin, c'est-à-dire en déplaçant ensemble les deux pattes arrière. Le diagnostic est radiologique. De nombreux traitements sont disponibles en fonction de l'avancée de la maladie, de l'âge du chien et de la volonté des propriétaires.

La dysplasie est également rencontrée au niveau du coude. Elle touche préférentiellement les chiens de grandes races (Rottweiler, Bouvier bernois, Labrador, Golden retriever, Terre neuve, Berger allemand), dont le squelette est immature. Cette dysplasie provoque une boiterie des membres antérieurs et une démarche anormale. La manipulation du coude est généralement douloureuse. Le traitement en est chirurgical et le pronostic dépend de la gravité des lésions au moment du diagnostic.

La  luxation congénitale de la rotule

La luxation congénitale de la rotule (cf. fiche véto correspondante) consiste en un déplacement de la rotule  vers l'intérieur ou  l'extérieur du genou, en raison d'un défaut de l'articulation dans laquelle la trochlée fémorale n'est pas assez creusée. Cette anomalieest très fréquente, en particulier chez les petites races, où les symptômes apparaissent entre 3 et 9 mois. Le traitement en est chirurgical et la technique dépend de la gravité de la luxation.

Les autres arthropathies congénitales

Il existe des anomalies congénitales de la croissance du cartilage (chondrodystrophie, ostéochondrose) et des anomalies du développement du cartilage de croissance aboutissant à une déformation du membre appelée « valgus-varus ». Ces malformations se manifestent par des boiteries. Leur traitement est chirurgical.

La nécrose aseptique de la tête fémorale

Il s'agit d'une maladie de l'articulation de la hanche chez les chiens de petite race, âgés de 6 à 12 mois. Elle touche souvent un seul côté et est due à un défaut de vascularisation de la tête du fémur, le plus souvent secondaire à un traumatisme. La tête du fémur se nécrose et se désagrège causant une boiterie, de la douleur et éventuellement une arthrite. Le diagnostic est radiologique. Le traitement, chirurgical, consiste en l'ablation de la tête du fémur, les fibres musculaires avoisinantes formant une pseudo articulation.

Les atteintes articulaires d'origine nutritionnelle

L'hypervitaminose A

L'hypervitaminose A touche les chats qui consomment de grandes quantités de foie cru et se manifeste par des dépôts de tissu osseux au niveau des vertèbres ou du coude : se forment alors des ponts entre les os qui induisent une ankylose. Les animaux sont irritables, léthargiques, ayant des difficultés à se toiletter. Le diagnostic est radiologique. Le traitement consiste à éviter l'excès de vitamine A.

Le rachitisme

Le rachitisme est dû à un déficit en calcium et en vitamine D pendant la croissance et se manifeste par des nouures au niveau des articulations. Le traitement consiste en la correction de l'alimentation avec des quantités de calcium, de phosphore et de vitamine D adaptées, sans être excessives.

Les atteintes articulaires tumorales

Les articulations peuvent être la cible de processus tumoraux primitifs (chondrosarcome, synoviome) ou le siège de métastases (lymphosarcome).

Le sarcome synovial est la principale tumeur de l'articulation. Elle atteint généralement des chiens adultes à âgés. La moitié des patients développe des métastases pulmonaires. Le traitement chirurgical associé à la chimiothérapie assure un pronostic variable.

Le chondrosarcome est la deuxième tumeur osseuse chez le chien. Elle métastase au niveau pulmonaire. Elle se localise principalement sur les côtes, les os du nez et du bassin. Le pronostic est réservé.